Histoire de Régusse

 

  • Les origines de Régusse sont à rattacher tout d'abord à l'implantation des romains sur un site celto-ligure bâti sur un mamelon rocheux nommé Regussia.
  • Elles sont ensuite à rattacher à l'ordre du Temple et à la commanderie de Saint-Maurin (voir Montmeyan). En 1274, fief des Templiers puis en 1309 rattachée au domaine royal, la seigneurie est cédée en 1319 aux hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
  • À la suite des troubles occasionnés par les guerres de religion, le village est déserté puis repeuplé en 1580 par des Hongrois.
  • Le seigneur d'Albert revendit le village à Michel de Grimaldi en 1613 et par des lettres patentes données à Paris en novembre 1649, la seigneurie est érigée en marquisat en faveur de Gaspard de Grimaldi le fils. En dehors de Régusse, ce marquisat comprenait les hameaux et villages de Saint-Martin, Villeneuve, La Tour, la Barronie de Roumoules, Pailouvier et Riez.
  • En 1840, Villeneuve (dit Villeneuve-Coutelas) est supprimée de la liste des communes et est rattachée à Régusse. Le hameau a du transférer la cloche de sa chapelle à l'église Saint-Laurent de Régusse en 1875.

Lieux et monuments

  • Les moulins à vent : ces moulins datent des XIIe et XIIIe siècles. Restaurés en 1995, l'un est devenu un musée d'outils agraires, l'autre produit encore de la farine. L’idée du moulin à vent fut ramenée en Provence, par les templiers lors de leur voyage vers la Terre Sainte. Les moulins produisaient encore 52 tonnes de farine par an en 1811. Ils sont restés longtemps à l’abandon puis furent restaurés en 1995. Le mécanisme spécifique des moulins provençaux est adapté à deux vents dominants (le vent d’Est et le mistral). C’est pour cela que le toit en cône et les ailes sont orientables. Six personnes sont nécessaires pendant une demi heure pour diriger le moulin face au vent. Jusqu’à 50 kilos de blé était versé dans une trémie. La farine, résultat de ces graines moulues entre meule dormante et meule tournante, était poussée vers l’extérieur et tombait dans la huche.

  • Chapelle Notre-Dame de la Miséricorde : appelée aussi la chapelle du Presbytère, elle est signalée dès 1642. Elle servait de lieu à une confrérie de pénitents blancs. Aujourd'hui elle est devenue un musée, "la Maison du Combattant".

  • Chapelle Saint-Jean d'Albert.

  • Les deux tours de l'ancien château de Grimaldi.

  • L'église Saint-Laurent érigée en 1676.